Journal de Bord #7 – Echecs et Erreurs

Ici Miguel & Fouilhac,

Oui c’est encore nous, nous revoila après une courte absence qui méritent quelques explications. 

Il est vrai que le mois de mars a été pour nous, et plus particulièrement pour le monde entier, un mois assez particulier. 

En effet, toujours étudiant (le temps passe pourtant si vite), ces derniers temps ont été comme un vrai parcours du combattant pour nous, dans lequel chaque obstacle semblait plus imposant que le précédent. Pourquoi cela ? Peut-être parce que l’un de nous a eu l’excellente idée de réaliser notre stage de fin de deuxième année chez InCrew Company. Oui, oui, notre entreprise. 

Le problème étant que, pour pouvoir effectuer un stage en entreprise, encore faut-il que cette dernière soit légalement ouverte (vous voyez les galères arriver). Alors je vous rassure tout de suite, pour ceux à qui ça donnerait des idées, rien d’impossible. Néanmoins, même si notre très cher internet regorge de ressources, vous serez facilement noyés par la quantité d’informations qu’il vous faudra obtenir selon votre propre situation. De plus, pas mal de détails financiers sont à regarder plus en détail, prouvant qu’ouvrir sa boite dans les règles de l’art, mérite qu’on s’accorde réflexion et préparation. 

Alors que nous enchainions les aller-retours entre les différents professeurs, aptes à nous guider dans notre démarche, un évènement vint perturber notre routine : Le Coronavirus ! 

La suite vous la connaissez, confinement du pays régulièrement prolongé à coup de +2 par M. Macron. Et voilà que Fouilhac et moi nous retrouvons séparés, l’un de l’autre, nous empêchant de travailler efficacement sur tous nos projets. 

Ajoutez à cela, l’annonce de la potentielle fin de la carrière de Nekfeu via la suppression de ses réseaux sociaux (celle-là à vraiment été le coup de grâce. T’inquiètes pas Ken, t’auras toi aussi le droit à ton article). Vous comprendrez la raison de notre petite absence imprévue. 

Néanmoins, pour nous faire pardonner, Fouilhac nous a pondu une petite mise à jour de ce blog. N’hésitez pas à nous donner vos avis 😉 (soyez pas trop dur, vous allez le vexer sinon). 

BREFFFFFF, revenons à notre petite aventure. 

Nous en étions où… Ah oui la semaine de partiels. Juste avant le début de cette dernière, Miguel a finalisé sa campagne de gestion de pub pour son design Tee-Spring et a donc pu lancer sa campagne avant de se lancer dans sa campagne contre la physique. Nous avons vécu une semaine assez intense, nous nous étions promis de pas toucher aux projets, et donc nous avons forcément toucher à nos projets… Et nous sommes enfin arrivés à la fin de la semaine, avec un véritable sentiment de liberté.  

Miguel ayant pris la décision de ne pas regarder si sont design marchait et se vendait ou non, nous avons dû attendre la fin de la campagne publicitaire, qui se finissait en même temps que notre semaine de partiels. 

Mais tout ça le concerne et il vous l’expliquera mieux que moi 

Pour récolter enfin le fruit de tout mon travail autour de ma boutique en ligne sur Teespring (Si vous souhaitez avoir plus de détails et d’articles concernant ce projet, n’hésite pas à visiter cette page😉), j’ai donc assemblé les derniers éléments manquants au lancement de la campagne. J’ai pris une photo de mon magnifique mannequin (bon ok, c’est Fouilhac, j’avais que ça à disposition) en y incrustant le logo via Photoshop. J’ai réglé ma campagne de diffusion publicitaire sur Facebook Business Manager (dorénavant, je maitrise ce logiciel mieux que Word pour vous dire…). Et c’est donc fin janvier 2020, que notre première campagne a été lancé, nous faisant ainsi générer un total de revenue égal à………………………….. 0€. 

Nous nous y attendons un peu, car nous savions que tout n’allait pas être parfait, et qu’il aurait fallu un coup de chance (ou de génie ?) pour réussir du premier coup. Toujours étant que nous ne nous sommes pas découragés et que nous avons continué à travailler sur nos projets. 

Comme vous pouvez le constater, cette campagne fût notre premier véritable échec. La publication Facebook ayant pourtant générée une centaine de Likes et une dizaine de partages, n’a aboutit alors à aucune vente.  

Alors qu’est-ce qui a cloché ? Avais-je mal suivi cette formation ? N’étais-je pas capable de vendre quoi que ce soit sur internet ? Plein de questions et une grosse remise question ont naturellement fait surface dans mon esprit. Mais au final, j’ai mis un petit peu de temps avant de me rendre compte que cette toute première expérience m’avait fait apprendre une grande leçon : rien ne sers de vouloir vendre pour vendre. En effet, mon but était uniquement de vendre un produit que je ne suis même pas sûr que je l’aurai moi-même offert à un de mes potes. Attiré par l’envie de faire de l’argent, plus que par la volonté de produire quelque chose de qualité, d’innovant et qui a véritablement un sens dans l’accomplissement de nos projets, je me suis légèrement écarté du chemin que nous tentons quotidiennement de tracer. 

La création d’une boutique de tee-shirt en ligne aurait vraiment eu du sens à partir du moment où nous aurions décidé de créer une marque durable. Elle aurait ainsi été en concordance avec l’avancement de notre projet, et non pas pour constituer une source complémentaire de revenues à laquelle nous souhaitions y investir, à long terme, le moins de temps possible. 

C’est alors qu’avec Fouilhac, nous nous sommes rendu compte que certains de nos projets nous demanderaient peut-être plus d’argent, de temps et de volonté à investir que d’autre. Si nous voulions avancer efficacement, il fallait cesser de se laisser disperser sur plusieurs formations à la fois, mais plutôt se concentrer véritablement sur un ou deux projets à la fois, avant d’en entreprendre un nouveau.   

Savez-vous ce qui est le plus beau dans cette leçon ? Elle ne nous a couté qu’une vingtaine d’euros en comptant le prix de la formation et de la pub. Le problème dans l’entreprenariat n’est pas d’échouer, au contraire, c’est peut-être même une chance de faire des erreurs tôt dans l’aventure et de les corriger rapidement. L’important n’est pas tant de savoir comment vous tombez, mais plutôt de savoir comment vous allez vous relever et rester debout. 

De mon côté, durant mon cours sur les sites web, l’auteur des cours conseillait de créer un blog personnel sur une passion ou quelque chose qui nous tient à cœur. C’est bien sûr à partir de la qu’a été crée le site sur lequel tu es actuellement 😉 

A la base, notre idée de site était assez claire, nous voulions retranscrire notre aventure concernant nos projets dans le but de motiver d’autres étudiants qui, comme nous, aimeraient se lancer. 

Il s’en est suivi quelques débats autour d’une caisse de bière, pour mettre en forme ce sur quoi vous êtes aujourd’hui, enfin certaines améliorations ne sont venues que par la suite mais le gros du thème est là. 

Bon, après notre petit instant philosophique que diriez vous de faire une petite pause ? 

Restez présent, l’aventure continue…

Fouilhac & Miguel,

Fondateur InCrew Company

Étiquettes: